La plantation en 10 étapes

lundi 1er février 2010
par  Arnaud CHAILLET

Textes et images de la fédération Rénova (09200 Saint-Giron).



JPEG - 18.6 ko


1. En cas de transport sur une galerie, envelopper les racines dans un plastique rembourré avec du journal humide, pour éviter la déshydratation.


JPEG - 16.8 ko


2. Planter dès réception ou mettre provisoirement en jauge dans de la terre légère ou du sable.



JPEG - 17.3 ko


3. Avant plantation définitive, couper les racines meurtries en conservant le maximum de racines saines.
Effectuer les coupes à l’horizontale.


JPEG - 16.5 ko


4. Tremper les racines dans de la terre boueuse (consistance de pâte à crêpes). Cette opération de pralinage protège les tissus et favorise la reprise



JPEG - 20.9 ko


5. Positionner le tuteur dont le rôle est de fournir un appui. La hauteur du tuteur doit permettre de l’enfoncer de 40 cm tout en le laissant arriver juste en dessous des premiers embranchements.
Positionner le tuteur du côté des vents dominants.




JPEG - 17.3 ko


6. Planter dans un terrain bien ressuyé, non collant pour éviter l’effet pot de fleur. La dimension du trou doit être au minimum égale au volume des racines (un double volume étant l’idéal).
Ameublir le fond du trou sans enlever la terre.
Positionner l’arbre sur un petit dôme de terre positionner au fond du trou. Le collet doit se positionner au niveau du sol.
Reboucher le trou avec une terre fine.
Tasser très légèrement et secouer doucement à la verticale l’arbre afin de chasser les éventuelles poches d’air. Le collet doit affleurer.



JPEG - 19.9 ko


7. Arroser abondamment pour faire adhérer la terre aux racines



JPEG - 17.6 ko


8. Tailler la partie aérienne : les arbres à pépins et les noyers ne sont pas taillés l’année de plantation mais l’année suivante. Les arbres à noyaux se taillent l’année même de la plantation.



JPEG - 11.1 ko


9. Accrocher l’étiquette sur le piquet plutôt que sur l’arbre, pour éviter l’étranglement



JPEG - 17.3 ko


10. Les 2 ou 3 années qui suivent la plantation, arroser régulièrement, biner superficiellement (attention aux racines !), pailler (ou mulcher) dans un rayon de 1 mètre autour des jeunes arbres pour aérer le sol et stimuler son activité biologique.


Commentaires  (fermé)

Logo de Olivier Brunet / Technicien moniteur arboricole à Vergers Vivants
jeudi 25 février 2010 à 13h49 - par  Olivier Brunet / Technicien moniteur arboricole à Vergers Vivants

Effectivement, en jouant sur la profondeur de plantation on peut influencer le développement racinaire de l’arbre et donc la vigueur de l’arbre : planté plus profondément, l’arbre émettra plus de racines et sera donc plus vigoureux. Inversement, planté moins profondément, l’arbre émettra peu de racines et sera donc moins vigoureux.
Mais comme le souligne Philippe Bouhans il faut effectivement bien veiller à ne pas enterrer le point de greffage. Dans ce cas là, l’arbre s’affranchirait, c’est à dire que le porte greffe ne jouerait plus aucun rôle pour l’arbre.

Logo de Philippe BOUHANS
samedi 20 février 2010 à 20h55 - par  Philippe BOUHANS

freiner ou accélèrer la vitalite un point important à la plantation.
cette remarque concerne les scion de 1 ou 2 ans et permet de jouer sur la vivacité du sujet (sa croissance).
si le sujet est très poussant il faut que le sujet soit planté moin profond que dans la pépinière la trace et visible.
si le sujet est moin vigoureu il faut gagner quelques centimètres de profondeur par rapport à ce point.
mais dans tous les cas le point greffe doit ce trouver au plus près de 10 cm du sol sinon le sujet va s’émenciper et la vigueur serat non conforme au porte-greffe

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois